mercredi 26 septembre 2012

les Kms s'accumoncellent...

Salut à tous! Ca va pas être facile de tout raconter, de tout détailler. Il y a en effet un moment que je n'ai pas décrit mon itinéraire, et j'ai fait du chemin depuis. Aujourd'hui, je suis à Asheville, North Carolina, chez Meredith, une amie contrebassiste rencontrée en France. Je vais probablement rester plusieurs jours. Asheville est un haut lieu de la musique old-time, avec de fréquentes sessions (des gens qui se rassemblent pour jouer), alors je vais en profiter. Je suis arrivé hier, et il y en a une ce soir, 2 après-demain, un festival samedi...
Les dernières nouvelles un peu précises ( outre l'arrêt forcé à Lebanon) étaient du Maine. J'ai fait environ 2800 km depuis, en gros: plein Ouest et Sud.
Quelques passages sur de très grosses routes. Pas vraiment agréable, mais parfois pas moyen de les éviter. Il m'est même arrivé d'être sur une route de moyenne importance qui d'un coup se transforme en grosse 4 voies interdite aux vélos, piétons, tracteurs et autres "lents"...Et sans autre choix que de la prendre quand même car il n'y en a pas d'autre! Alors tu roules sur la bande d'arrêt d'urgence, dans le bruit, et en essayant d'éviter les débris qui parsèment le sol: bouts de verre, morceaux de pneus explosés, bouts de planches, etc... Une autre bête noire aussi: les villes importantes qu'il faut soit contourner, soit traverser. Et ça peut prendre du temps, quand par exemple la traversée fait plus de 20 km.
Et puis aussi de jolies petites routes. En fait il y en a pas mal aux U.S.A. Le problême est qu'il faut une carte très précise, ce qui n'est pas facile à trouver. Mais des fois aussi je me sers de mon GPS qui a une fonction "cyclo" et me fait faire de belles découvertes.
Quelques jolies rencontres, soit en journée, au hasard des gens qui m'abordent (un cyclo-voyageur avec tout son bardas, il y en a vraiment peu et j' intrigue, mais aussi suis la source d'étonnement, d'admiration. Pensez donc, pour un pays où on ne voit presque pas de vélo, même en ville!), soit le soir quand je demande (ça m'arrive) aux gens si ils ont un bout de terrain pour planter ma tente. Ce n'est pas oui à 100 pour 100, mais quand c'est oui c'est souvent sympa. Quand c'est non, ils ont toujours un conseil à me donner, un lieu où aller, qui bien souvent ne correspond pas à ce que je cherche! Je n'arrive pas à savoir si c'est "gentil" comme démarche, ou si c'est pour se débarrasser de moi en ayant la conscience tranquille.
Des rencontres donc (quelques unes): Tim le boulanger et sa communauté que j'ai déjà mentionnés, Bill et Cory, qui m'offrent un coin de leur pelouse, Demetri (un cyclo aussi, du réseau Warm Showers), une famille de mexicains qui tiennent un petit resto, David et Margareth (famille très "catho" aux 10 enfants, super gentils, accueillants, curieux..), Terry, le joueur de banjo bluegrass...
Sinon, dans les "plans", pour quand tu ne trouves rien, il y a les églises (quelque soit la confession, et ce n'est pas ce qui manque) un peu à l'extérieur des villes ou villages. Il y a souvent une belle pelouse, et pas de voisins...
L'itinéraire: la côte du Maine, puis une (rapide) traversée du New Hampshire, le Vermont à nouveau et une visite chez Jennifer,  une amie pas vue depuis au moins 10 ans. l'Etat de New York (ne pas confondre avec la ville), Pennsylvanie, Le Maryland (70 km de large à l'endroit où je suis passé!), Virginie, Caroline du Nord.
Quelques centaines de km sur une belle route: la 11 qui suit la Shenandoha Valley, et puis le superbe Blue Ridge Parkway auquel je consacrerai un article.
Bon, j'arrête d'écrire, je passe aux photos (commentées quand même!)

Camping-car à l'américaine. Un vieux beau "Airstream" (marque surtout réputée pour ses caravanes en alu):


Un plus récent. La taille d'un autobus. Et c'est vraiment courant. Souvent ils tractent une voiture, pour les étapes:







No comment:


Mon hébergement d'un soir; il pleuvait. Je m'arrête sous un hangar à tracteurs en bordure de route. Le paysan passe, je lui demande si je peux y passer la nuit; il fait mieux qu'accepter: il m'ouvre son écurie, où j'étais comme un roi, en entendant la pluie tomber sur le toit de tôle. Et en prime il m'a apporté un café!



Un des nombreux chats qui ornent la ville de Catskill:


Jolie (et rare) maison en pierre du 18° siecle:


Après les camping-cars, la caravane "standard":



Je ne pense pas que ce tracteur reparte un jour!


Maison (vieille) en madriers; l'ossature:


une fois les interstices bouchés:


S'il ne fallait garder qu'une photo (c'est le mur d'un restau)...


Quand je dis qu'il y a aussi des petites routes aux U.S.A.. Le long d'un canal:



La rivière à Harper's Ferry.


Hébergement d'un soir, avec des voisins paisibles:


Toutes les maisons ont une pelouse impeccablement tondue. Et souvent sur des surfaces impressionnantes. Ce serait intéressant de calculer les milliers de litres d'essence dépensés rien que pour "faire joli", à l'échelle du pays entier.




L'automne commence à arriver, avec ses belles couleurs, et ses températures plus basses. 3 degrés (celsius!) dans la tente le matin il y a quelques jours.


Juste pour ceux qui douteraient que je suis en vadrouille:




Eh oui, tout est gros ici!!


Aucun commentaire:

Publier un commentaire